Liu Bang (256-195 av. J.-C.)

Liu Bang (256-195 av. J.-C.)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Liu Bang (256-195 av. J.-C.)

Liu Bang (c.256-195 BC) a été le vainqueur des guerres civiles qui ont suivi l'effondrement de la première dynastie impériale en Chine, la dynastie Qin, et a été le fondateur de la dynastie Han, qui a régné avec une courte pause de quatre siècles et a établi de nombreuses caractéristiques de la vie chinoise qui a duré jusqu'aux révolutions du XXe siècle (Wade-Giles Liu Pang).

Liu Bang était l'un des deux seuls paysans à devenir empereur (l'autre étant le fondateur de la dynastie Ming). Son premier poste d'autorité était celui de chef de village, mais cela a conduit à sa révolte initiale. L'un de ses rôles en tant que chef était de garder les prisonniers emmenés travailler sur la tombe massive du Premier Empereur. Beaucoup de ces prisonniers se sont échappés, ce qui a amené Liu à craindre d'être exécuté en guise de punition (la dureté du régime Qin était l'une des raisons de son effondrement). Liu a décidé de laisser partir le reste des prisonniers et est devenu un hors-la-loi, initialement avec un groupe composé de dix des anciens prisonniers.

Le groupe de Liu Bang est finalement devenu une grande armée et il est devenu un élément clé de l'alliance rebelle qui a renversé la dynastie Qin. Cette alliance était dirigée par Xiang Yu, le plus capable des chefs militaires rebelles, mais c'est Liu Bang qui occupa la capitale Qin en 206 avant JC, capturant le dernier membre de la dynastie. Le plan de Xiang Yu après cette victoire était de diviser l'empire en dix-neuf royaumes. Il serait roi de Chu et sur-roi, avec dix-huit sous-royaumes sous son autorité. Liu Bang s'attendait à être récompensé par le poste de roi de Qin en récompense de la capture de la région, mais à la place, il a été nommé roi de Han, la région au sud de Qin. Le cœur de Qin a été divisé en trois royaumes et donné à trois anciens généraux Qin.

Inévitablement, ce système s'est effondré dans la guerre civile. Le conflit principal était entre Liu Bang et Xiang Yu, et est connu sous le nom de conflit Chu-Han (206-202 avant JC), mais ce n'était pas la seule guerre à éclater. Xiang Yu était un meilleur général que Liu Bang, mais Liu Bang avait les meilleurs subordonnés, notamment Han Xin, et était le meilleur politicien. Malgré une série de victoires sur le champ de bataille, la position de Xiang Yu s'affaiblit lentement et, à la fin de 203 av. Liu Bang rompit presque immédiatement le traité et remporta la bataille décisive de la guerre à Gaixia (202 av.

Liu Bang s'est déclaré empereur plus tard en 202 avant JC, et on se souvient comme l'empereur Gaozu (Wade-Giles : Kao-tsu). Au début, sa position était quelque peu instable. Comme Xiang Yu, il a créé un certain nombre de royaumes subsidiaires, et aussi comme Xiang Yu, il a fait face à un certain nombre de révoltes pendant son règne, mais contrairement à Xiang Yu, il a été capable de surmonter chacun d'eux (bien qu'il soit mort d'une blessure infligée au cours de l'un des ces révoltes), et à la fin de son règne, la plupart des sous-rois d'origine avaient été remplacés par des membres de la famille impériale.

Sur ses frontières septentrionales, Liu Bang affronta les nomades Xiongnu (Hsiung-nu). Le Premier Empereur avait envoyé une grande expédition contre ces nomades, mais cela s'est retourné contre lui lorsque le chef compétent Modu Chanyu (ou Maodun) (r.209-174 av. J.-C.) a pris le pouvoir et a réorganisé les clans, faisant d'eux une menace plus sérieuse. En tant qu'empereur Liu Bang, il a participé à au moins une campagne contre les Xiongnu, mais malgré un certain nombre de victoires, il a été assiégé à Baideng (200 avant JC). Le siège n'a duré que sept jours et s'est terminé par la ruse ou la corruption (impliquant probablement la femme de Modu Chanyu). Liu Bang a abandonné l'idée d'une campagne militaire contre les nomades et a plutôt accepté un traité de paix. Les Han envoyaient régulièrement du riz, de la soie et du vin, tandis que Modu Chanyu recevait une « princesse » Han en tant qu'épouse (c'était à l'origine une fille de Liu Bang et de l'impératrice Lu, mais les impératrices s'y sont opposées et une fille différente a donc été envoyé (début d'une tradition d'alliances de mariage « Heqin » qui a duré jusqu'à la fin du système impérial).

Liu Bang aurait été personnellement grossier, mais il appréciait la valeur d'avoir éduqué des hommes à sa cour et il a renversé les tentatives de Qin de détruire la plupart des cultures. Il se souciait également de relancer l'économie rurale et de réduire la charge fiscale des paysans. Il mourut en 195 av. C'est un hommage à la stabilité du système que Liu Bang avait mis en place que sa nouvelle dynastie ait survécu à une période aussi vulnérable et ait duré avec une courte pause pendant les 400 prochaines années.


Empereur Han Gaozu Liu Bang 劉邦

Han Gaozu 漢高祖 (r. 206-195 avant notre ère), nom personnel Liu Bang 劉邦, nom de courtoisie Ji 季, était le fondateur de l'ancienne dynastie Han 前漢 (206 avant JC-8 EC).

Il était originaire du district de Peixian 沛縣 dans la commanderie de Sishui 泗水郡 (au nord de l'actuelle province du Jiangsu). Dans ses premières années, il était chef de quartier (tingzhang ). Sous le règne de la dynastie Qin 秦 (221-206 avant notre ère), il dut escorter un groupe de prisonniers jusqu'au mont Lishan 驪山. Sur le chemin de la destination, les prisonniers désertèrent et craignant un châtiment cruel, il quitta lui-même son poste et se cacha dans la région vallonnée des monts Mang 芒 et Dang 碭.

En 209, lorsque l'emprise de la dynastie Qin sur les régions s'effondre avec la rébellion de Chen Sheng 陳勝 et Wu Guang 吳廣, il retourne à Peixian et se rend à la tête d'un groupe de rebelles. Le groupe était intellectuellement dirigé par Xiao He et Cao Shen 曹參. Liu Bang s'est déclaré duc de Pei 沛公 et s'est allié à Xiang Liang 項梁, un puissant chef de l'aristocratie du sud. Le neveu de Xiang Liang, Xiang Yu , prit bientôt le commandement.

Après la bataille de Julu 巨鹿 (aujourd'hui Pingxiang 平鄉, Hebei), le nouveau roi Huai de Chu 楚懷王 envoya Liu Bang conquérir la capitale de la dynastie Qin dans la région de Guangzhong 關中. En 207, l'enfant roi de Qin 秦王子嬰 se rendit à Liu Bang. Le vainqueur a immédiatement déclaré la loi oppressive (hefa [sic!] 荷法) de la dynastie Qin comme invalide et a proclamé qu'une loi pénale juste serait introduite. Xiang Yu, après avoir vaincu les restes des troupes Qin, avança jusqu'au col de Hongmen 鴻門 et, envieux de la victoire facile de Liu Bang sur les Qin, menaça de l'attaquer. Le disciple de Liu Bang, Zhang Liang 張良, a suggéré que Liu pourrait personnellement rendre visite au plus fort Xiang Yu et demander pardon.

Xiang Yu accepta et fit de Liu Bang l'un des rois qui devaient régner sur l'ancien territoire de la dynastie Qin. Xiang Yu se faisait appeler le roi hégémonial du Chu occidental. Le royaume de Liu Bang était la région de la rivière Han 漢, une zone montagneuse à l'ouest que Xiang Yu estimait éloignée et insuffisante pour fournir suffisamment de ressources pour se battre contre lui-même. Néanmoins Liu Bang, le roi des Han, a immédiatement déclenché une guerre contre laquelle il a perçu comme un usurpateur.

Bien que Liu Bang était militairement inférieur et a souvent été vaincu par Xiang Yu au cours des premières années, il a disposé de la possibilité de faire appel à des conseillers compétents. Au fil du temps, il pourrait gagner l'un après l'autre les rois pour se ranger de son côté contre Xiang Yu. En 202, les chefs militaires compétents Han Xin 韓信 et Peng Yue 彭越 changent de camp pour Liu Bang et soutiennent ses campagnes. L'armée conjointe des alliés a encerclé Xiang Yu à Gaixia 垓下 (moderne Lingbi 靈壁, Anhui). Xiang Yu a réussi à s'échapper mais s'est suicidé peu de temps après.

Au cours du deuxième mois de 202, Liu Bang s'est proclamé empereur de la dynastie Han. Sa première capitale était Luoyang 洛陽, mais il déplaça bientôt sa capitale à Chang'an 長安 (moderne Xi'an 西安). Le début de la dynastie Han peut être défini en 206, lorsque Liu Bang est devenu roi des Han, ou en 202, lorsqu'il est devenu empereur.

Les premières années du règne de Liu Bang en tant qu'empereur ont été caractérisées par une lente reprise après la longue période de guerres. Beaucoup de paysans avaient quitté leur maison et erraient à la recherche d'une vie meilleure. Les greniers de l'État furent vidés et l'État ne disposait pratiquement pas de recettes fiscales. Liu Bang a donc abaissé les taxes sur les champs à un quinzième de la récolte. Les gens qui s'étaient vendus comme esclaves ont été déclarés roturiers libres, les soldats ont été ramenés à la vie civile et l'obligation de fournir du travail de corvée a été réduite à un niveau acceptable. Les troupes ont reçu des terres qu'elles devaient rendre arables et cultiver. Les personnes ont été encouragées à quitter les montagnes et les marécages et à retourner dans leur district d'origine pour être enregistrées aux fins de l'impôt. Les marchands n'avaient pas le droit de porter des vêtements en soie et n'étaient pas autorisés à voyager dans des charrettes. Chacun devait ainsi participer à une vie frugale pour ramener progressivement l'économie à la normale.

Après la fin de la guerre contre Xiang Yu, Liu Bang a dû récompenser ceux des puissants commandants qui s'étaient rangés de son côté. Il n'a donc pas entièrement suivi l'exemple des Qin en administrant l'empire en commanderies (juin 郡), mais a également suivi la coutume de l'ancienne dynastie Zhou 周 (11e siècle-221 avant notre ère) et a fait Han Xin (roi de Qi 齊, plus tard roi de Chu 楚), Peng Yue (roi de Liang 梁), Ying Bu英布 (Roi de Huainan 淮南), Lu Wan 盧綰 (Roi de Yan 燕), Zhang Er 張耳 (Roi de Zhao 趙), Xin, le Roi de Han 韓王信 (Roi de Dai 代) et Wu Rui 吳芮 (Roi de Changsha 長沙) en tant que rois (wang ). Plus tard, lorsque seuls les membres de la famille impériale avaient le droit de porter le titre de roi (« prince », souverain régional), ces sept personnes étaient appelées les « souverains régionaux non apparentés » (yixing zhuhou wang ).

Les territoires confiés à ces personnes couvraient une très grande superficie et constituaient un grand danger pour le propre domaine impérial de Liu Bang. Il lui a fallu plusieurs années pour réduire ces territoires. Certains des rois ont été rétrogradés, d'autres exécutés en tant que rebelles. Seul Wu Rui a pu transmettre son état à ses fils et petits-fils. Les autres royaumes furent remis entre les mains du frère de Liu Bang et de ses nombreux fils, dont beaucoup étaient mineurs. À cette époque, on dit que Liu Bang a prêté serment (le serment du cheval blanc 白馬之盟) avec ses disciples les plus dignes de confiance, déclarant que si jamais un non-Liu devenait ou se faisait roi, tout le monde devrait l'attaquer.

Pendant les longues années de guerre, la fédération steppique des Xiongnu 匈奴 avait repris le pouvoir et mis à nouveau en danger la sphère nord de l'empire. Liu Bang, encerclé lors d'une campagne contre les Xiongnu, ne pouvait que les apaiser avec des tributs de soie et la promesse d'envoyer une princesse Han en mariage (la politique de heqin 和親 "la paix par le mariage").

Liu Bang, en tant qu'homme d'origine relativement basse, méprisait les académiciens et les savants confucéens. Il avait, selon ses mots, conquis le monde à cheval et voyait maintenant le besoin dans l'étude des classiques confucéens. Lu Jia 陸賈 l'a averti qu'il devait suivre les conseils des érudits confucéens, car le monde ne pouvait pas être gouverné à cheval mais seulement avec la connaissance des rituels et par des procédures bureaucratiques. Le conseiller en chef Xiao He a rédigé un nouveau code de loi qui devait remplacer le code de droit pénal sévère de la dynastie Qin. Les Hanlu jiuzhang le code 漢律九章 n'a survécu que par fragments.

L'impératrice de Liu Bang était Lü Zhi 呂雉 qui lui avait donné le fils Liu Ying 劉盈 (connu sous le nom d'empereur Hui 漢惠帝). Liu Bang n'aimait pas beaucoup le faible prince Ying et préférait son fils Ruyi 如意, né d'une dame Qi 戚夫人. Il a essayé à plusieurs reprises de faire de Ruyi le prince héritier, mais l'impératrice Lü et plusieurs de ses ministres l'ont averti de ne pas le faire.

Au cours d'une campagne contre le roi Ying Bu, Liu Bang a été grièvement blessé par une flèche. Sur son lit de mort, il confia les affaires gouvernementales à Xiao He, Chen Ping et Zhou Bo 周勃. Ce dernier devrait jouer un rôle éminent dans la répression de la rébellion de la famille Lü.

Le nom du temple de Liu Bang est Han Gaozu. Il a été enterré dans la colline du tombeau Zhangling 長陵.


Liu Bang (256-195 av. J.-C.) - Histoire

L'empereur Gao, qui a vécu de 256 av. J.-C. ou 247 av. J.-C. à 195 av. Également connu sous son nom personnel Liu Bang, il était parmi les très rares créateurs de dynastie dans toute l'histoire chinoise à avoir émergé de la classe paysanne et à la célébrité. Lors de son ascension fulgurante et juste avant sa conquête de la Chine, il a également été appelé le « duc de Pei », car ses débuts remontent à sa ville natale, le comté de Pei.

Liu Bang est né dans une famille paysanne. L'histoire n'avait aucune trace de ses parents, mais ce qu'elle sait, c'est qu'avant la naissance de Liu, sa mère rêvait de rencontrer un être divin. A ce moment, le ciel s'assombrit et fut suivi d'éclairs et de tonnerre. Lorsque le père de Liu est venu s'occuper de sa femme, il a été choqué de voir un dragon à ses côtés. Peu de temps après, sa femme est tombée enceinte et a finalement donné naissance à Liu.

Il avait un nez haut, avec des moustaches et une barbe frappante. D'autres remarqueraient que ses traits distinctifs avaient une certaine ressemblance avec ceux d'un dragon. Il avait également 72 taches brunes sur toute sa jambe gauche. En tant que jeune garçon, il était clairement franc et plein de charisme. Mais même avec ces caractéristiques idéales, il aimait flâner et ne s'intéressait ni à la lecture ni à l'agriculture. Il a été noté que son père l'avait grondé à certains moments, le traitant de petit coquin. Les choses ont finalement changé quand il a finalement grandi. Il était un officier de patrouille nommé, et c'est ce qu'il a utilisé pour forger des relations avec d'autres fonctionnaires de son comté, se méritant une certaine réputation pour sa ville natale. Chaque fois qu'il était ivre, ses amis remarquaient toujours une silhouette de dragon partout sur lui. Tout le monde a senti qu'il y avait quelque chose de spécial avec ce jeune parvenu.

Dans les années qui ont suivi, Liu a été vu s'aligner contre la dynastie Qin. Il s'est mis au service des gros canons de la rébellion. Il a été envoyé en mission pour occuper certaines zones contestées et a accompli cela avec facilité. Une grande guerre qui a duré cinq ans a finalement tué son rival amer Xiang Yu qui aurait dominé tout le conflit alors que l'ancien empire Qin s'était aligné sur lui. Il s'est proclamé empereur, a établi la dynastie Han en 202 avant JC et a choisi Chang'an dans la principauté de Wei comme nouvelle capitale. Il est ensuite entré dans l'histoire en tant qu'empereur Gao de Han.

Avec son nouveau pouvoir, il recentra l'ensemble de la Chine sur les traces de l'ancienne dynastie Qin. L'économie a été parmi les premières qui ont retenu son attention, car toute la campagne a été dévastée suite à la destruction de la dynastie Qin. Sans hésiter, il réduit les impôts, développe une agriculture qui atteint de nouveaux sommets à l'époque et restreint les dépenses. Et avec la corruption qui a englouti les marchands Qin, il a freiné les activités commerciales en leur imposant de lourdes taxes et restrictions.

Au milieu de tout cela, il a également fait la paix avec ses rivaux. Sous son règne, les idées confucéennes ont lentement mis de côté les idées légalistes pour de bon. Il s'est également consacré à soumettre d'autres rois indisciplinés dans le quartier. Il les annexa bientôt tous, nommant ses fils et parents princes de ces royaumes assujettis, consolidant ainsi tous les pouvoirs de son nouvel empire.

Liu Bang a été mortellement blessé lors de sa campagne de rébellion à Ying Bu avec une flèche perdue. Il est tombé malade et a vu que sa santé se détériorait lentement. Il a refusé le traitement jusqu'à la fin. L'empereur Hui de Han lui succède.


Réalisations culturelles

Les Han n'étaient pas seulement une société alphabétisée, mais aussi une société d'archivistes compulsifs. Ainsi, le milieu culturel de la dynastie était bien documenté. Le Yuefu, ou Bureau de la musique, par exemple, a compilé des descriptions détaillées de la musique du jour et de ses instruments, techniques et chansons. Dans la cour et les temples confucéens, la musique se divise en deux catégories : la musique d'accompagnement des banquets et la musique rituelle. Dans les rituels du temple, la danse était souvent un élément important, et quelque chose ressemblant à un système de notation de danse enregistrait les mouvements de grands groupes de musiciens et de compagnies de danseurs dans leurs performances. Il y avait aussi des danses très informelles avec beaucoup de mouvements du corps mais peu de jeu de jambes qui faisaient partie du divertissement privé. Plusieurs formes d'instruments à cordes pincées étaient utilisées pendant les Han. Le bouddhisme est arrivé en Chine depuis l'Inde pendant la dynastie, et avec lui, des cloches de bronze richement sonores. Une forme de drame est apparue dans laquelle des interprètes jouaient les actes héroïques de guerriers célèbres.

Bien qu'il ne reste que peu de murs et de tombes de l'architecture Han, on a beaucoup appris sur le style de mingqi maquettes de maisons et peintures sur tuiles funéraires. Les archives impériales décrivent le palais principal des Dong Han à Luoyang comme étant immensément proportionné, entouré de hautes tours en bois, en pierre et en brique. Les tombes avaient des toits voûtés et étaient enfermées dans d'énormes monticules de terre qui subsistent encore des siècles après le pillage de leur contenu. Les murs intérieurs des bâtiments importants ont été plâtrés et peints - c'est ce que racontent les archives omniprésentes - avec des personnages, des portraits et des scènes de l'histoire. Bien que les noms des artistes n'aient pas survécu, le plus haut rang d'entre eux, le daizhao, ou peintres en service, étaient de proches collaborateurs de l'empereur. Cette tradition s'est perpétuée dans les dynasties suivantes jusqu'aux temps modernes. En plus des peintures murales, des peintures sur des paravents debout et sur des rouleaux ou des rouleaux de soie sont apparus dans les Han.

La première grande sculpture funéraire en pierre en Chine a été créée à l'époque des Han, et des figurines en argile réalistes représentant des personnes et des animaux sont également apparues. Dans le Xi Han, le travail du bronze a continué le style de la fin de la période Zhou et était souvent incrusté d'argent et d'or. Les récipients en bronze étaient fabriqués à la fois pour les rituels sacrificiels et pour un usage domestique, ces derniers comprenant des lampes, des miroirs et des crochets à vêtements façonnés sous la forme d'humains, d'animaux et de bêtes mythiques. Le tissage de la soie aux couleurs riches et aux motifs géométriques ou aux thèmes des nuages ​​et des montagnes est devenu une industrie majeure et une source de commerce d'exportation. Les potiers Han incluaient des modèles de maison et des figures humaines parmi leurs objets funéraires, et deux types d'objets émaillés étaient utilisés dans le pays, imitant souvent de près la forme et la conception des récipients en bronze.

Artisans de la dynastie Shang (c. 1600-1046 av. La haute qualité de la laque Han se retrouve dans des coupes à vin laquées, toujours en parfait état, qui ont été fouillées dans des tombes trempées d'eau dans le nord de la Chine. De nombreux exemples exquis de laque Han survivent.

La poésie a été nourrie pendant la période Han, et un nouveau genre, fu, une combinaison de rimes et de prose, a commencé à prospérer. Fu étaient de longues compositions descriptives destinées à divertir, et elles sont devenues la norme de l'écriture créative. Environ 1 000 exemplaires survivent. La littérature en prose de l'époque comprenait des ouvrages d'histoire, de philosophie et de politique. L'une des plus grandes des premières histoires vient de cette période dans le Shiji (« Documents historiques ») de Sima Qian. À la différence des Qin, qui tentaient de supprimer la culture, les Han en vinrent à exiger des réalisations culturelles de leurs fonctionnaires, faisant de la maîtrise des textes classiques une condition d'emploi. La liste des titres de l'énorme bibliothèque impériale est la première bibliographie chinoise. Son texte comprenait des ouvrages sur des questions pratiques telles que les mathématiques et la médecine, ainsi que des traités sur la philosophie, la religion et les arts. L'avancement de la science et de la technologie était également recherché par les dirigeants, et les Han inventèrent le papier, utilisèrent des horloges à eau et des cadrans solaires et développèrent un sismographe. Des calendriers ont été publiés fréquemment au cours de la période. Les réalisations gouvernementales, culturelles et technologiques des Han étaient telles que chaque dynastie qui a suivi a cherché à les imiter.

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Amy McKenna, rédactrice en chef.


Tombe de Changling - Le mausolée de Liu Bang

La tombe de Changling, située au nord de Xian et à l'est de Xianyang, est le point culminant de Xianyang et le site du palais de Xianyang de la dynastie Qin. Debout ici, tous les environs de Xian peuvent être vus. C'est au sud de la tombe de Changling que Liu Bang et son impératrice, Lv Zhi, ont été enterrés, à environ 250 mètres l'un de l'autre. En outre, six sites à grande échelle du palais impérial d'origine se trouvent au nord-ouest, au sud-ouest et au sud-est de la tombe de Changling.


Qu'y avait-il d'unique dans le fait que gaozu devienne le premier empereur de la dynastie Han ?

Liu Bang (256 - 195 av. J.-C.), Empereur Gaozu de l'Occident La dynastie Han, est le premier empereur de la dynastie Han (202 avant JC - 220 après JC). Homme politique, stratège et réalisateur hors pair, il a grandement contribué au développement de Han peuple et sa culture.

De plus, quelles pratiques Han gaozu a-t-il gardé du premier empereur Qin ? Le premier souverain de la dynastie Han, l'empereur Gaozu (r. 202-195) a maintenu l'État fort et centralisé que Qin Shi Huangdi avait créé, mais il a également restauré confucianisme à son ancienne importance.

Tout simplement, qu'est-ce qui était unique dans la dynastie Han ?

Faits amusants sur le La dynastie Han Les plus gros produits du Han l'économie étaient le fer, le sel, le travail du cuivre et la soie. La route de la soie a été établie au cours de la La dynastie Han. Cette route commerciale de la Chine vers l'Europe était une grande source de richesse et d'articles de luxe. Le bouddhisme est arrivé en Chine à cette époque.


Gaozu

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Gaozu, romanisation de Wade-Giles Kao-tsu, Nom personnel (xingming) Liu Bang, nom de courtoisie (zi) Ji, nom posthume (Shi) Gaohuangdi, (né en 256 av. J.-C. , Peixian [maintenant dans la province du Jiangsu], Chine — décédé en 195 av.miaohao) du fondateur et premier empereur de la dynastie Han (206 av. J.-C. – 220 apr. Il régna de 206 à 195 av. Son épouse, l'impératrice Gaohou (règne 188-180 av. J.-C.), devint la première femme souveraine de Chine.

Issu d'une famille paysanne, Liu Bang a commencé sa carrière comme policier sous la dynastie Qin (221-207 av. J.-C.). Il devint rebelle après la mort (210 av. J.-C.) de l'empereur Qin Shihuangdi, qui avait été le premier à unifier la Chine. Les rebelles étaient sous la direction nominale de Xiang Yu, un chef de guerre qui a vaincu les armées Qin et a ensuite tenté de restaurer le système féodal pré-Qin, réintégrant de nombreux anciens nobles et divisant le pays entre ses généraux. Liu Bang, alors un chef rebelle important, a reçu le contrôle du royaume de Han dans l'ouest de la Chine (ce qui est maintenant les provinces du Sichuan et du sud du Shaanxi). Les anciens alliés se sont rapidement retournés les uns contre les autres, et la perspicacité paysanne de Liu l'a mené à la victoire sur Xiang Yu, brillant militairement mais politiquement naïf. La guerre civile a pris fin lorsque Xiang Yu s'est suicidé en 202 av.

Liu Bang était un homme grossier qui a déjà uriné dans le chapeau formel d'un érudit de la cour pour montrer son dédain pour l'éducation. Néanmoins, il était un dirigeant pragmatique et flexible qui reconnaissait le besoin d'hommes instruits à la cour. Il s'est montré particulièrement soucieux de relancer l'économie rurale et d'alléger la charge fiscale des paysans. Bien que généralement humain dans les affaires civiles, il a traité durement ceux qui menaçaient son règne de l'intérieur de la Chine. Sa conduite des affaires étrangères était une habile combinaison de diplomatie et de recours à la force. Ses descendants ont continué le processus de consolidation et d'expansion de l'empire.


Toogle Nav Toogle Nav Recueil d'histoire chinoise

Xiang Yu (232 av. J.-C. - 202 av. J.-C.) était un chef militaire et une figure politique de premier plan à la fin de la dynastie Qin.

Après le renversement des Qin, un certain nombre d'individus ont commencé à se disputer le leadership de la Chine. Deux principaux prétendants ont émergé dans cette lutte pour le pouvoir. Le premier était Xiang Yu (233 avant JC - 202 avant JC), qui était un ancien général de l'état de Chu avant l'annexion par les Qin.

Le second était Liu Bang (259 avant JC - 195 avant JC), qui était à l'origine un fonctionnaire de bas rang sous les Qin en tant que geôlier. Lorsqu'un certain nombre de ses prisonniers se sont échappés lors d'un transport de nuit, il - craignant une punition sévère de la part des Qin - a proposé de libérer les prisonniers restants, s'ils lui prêtaient allégeance. Dès lors, Liu Bang était le chef de cette nouvelle armée rebelle qui a par la suite commencé à lutter contre les Qin. Il a mobilisé de plus en plus de troupes au fil du temps, de sorte qu'il est devenu un sérieux challenger au moment où les Qin ont été renversés.

Liu Bang, empereur Gaozu de la dynastie Han

En l'an 204 av. Au lieu d'abandonner ses ambitions, il organisa un retrait stratégique de ses forces restantes et continua à reconstruire son armée avec de nouvelles recrues. Il les a payés avec des céréales prélevées sur les réserves du grenier saisi d'Ao (près de Xingyang, province du Henan).

Liu Bang a recommencé à affronter Xiang Yu dans des batailles et a finalement pu l'assiéger lui et ses forces deux ans plus tard à Gaixia (aujourd'hui partie du comté de Lingbi, province d'Anhui). Xiang Yu réalisa que sa cause était perdue, lorsqu'il entendit l'armée assiégeante chanter des chansons folkloriques de son ancien état de Chu.

Consort Yu, concubine de Xiang Yu (l'image est numérisée à partir d'un livre chinois publié sous la dynastie Qing, intitulé 'Bai mei xin yong tu zhuan')

Il a ensuite passé la soirée à boire du vin avec sa concubine préférée Consort Yu. Après qu'elle se soit suicidée par désespoir, il a mené 800 hommes de sa cavalerie dans une tentative d'évasion qui s'est terminée par sa capture et sa mort. En conséquence, Liu Bang contrôlait le champ de bataille et l'empire et proclama peu de temps après le début d'une nouvelle dynastie - la dynastie Han (202 av.

Liu Bang a ensuite établi sa capitale à Chang'an (chinois pour : tranquillité éternelle ou paix éternelle) près de l'actuelle Xi'an. Il a d'abord continué le système administratif de la dynastie Qin, mais a ensuite adopté essentiellement deux systèmes différents pour la partie orientale et occidentale de son empire. Il a nommé des fonctionnaires pour gouverner et contrôler la partie occidentale de son empire pendant des périodes limitées (appelées commanderies), avant de les rappeler à la cour ou de les déplacer vers un autre endroit. Ce système centralisé garantissait que la partie occidentale restait fermement sous le contrôle des dirigeants Han.

Cependant, Liu Bang a attribué les territoires de la partie orientale de son empire en tant que royaumes semi-autonomes à ses anciens généraux fidèles, qui ont joué un rôle déterminant dans la sécurisation de ces territoires. Le royaume de ces rois passa plus tard à leurs fils. Avec chaque nouvelle génération, les liens personnels et la loyauté envers l'empereur lointain se sont affaiblis. Par conséquent, la décision de Liu Bang de laisser la partie orientale de son empire être gouvernée par des rois contenait le même potentiel de conflit ultérieur qui avait conduit à la chute de l'empire Zhou.

site historique du palais de Weiyang près de Xi'an

Après la mort de Liu Bang, l'empire passa à son fils, qui commença une série de successions pacifiques au trône (à l'exception de la succession en l'an 180 avant JC lorsque la famille de l'impératrice Lu tenta en vain d'exercer une influence indue). Finalement, des problèmes ont commencé à surgir à l'est lorsque certains des descendants des dirigeants militaires d'origine ont déclenché la révolte des sept royaumes en 154 av.

L'impératrice Lu, épouse de Liu Bang

Les dirigeants Han de la famille Liu se sont alors montrés très habiles à créer la dissidence dans les rangs de ces hommes forts locaux et ont réussi à affaiblir puis à prendre le contrôle de certaines des plus petites zones autonomes. Ils ont continué à utiliser ces territoires comme bastions à partir desquels ils ont lancé d'autres raids dans les zones des seigneurs de guerre gênants restants. En l'an 150 avant JC, tout l'est était pacifié et placé sous le contrôle direct de la famille Liu, créant un État Han véritablement unifié.

Portrait traditionnel de l'empereur Wu de Han à partir d'un ancien livre chinois

En 141 avant JC, l'accession au trône du nouvel empereur Han Wu, qui régna jusqu'à sa mort en 87 avant JC, marque le début d'une période nommée la « synthèse Han ». Au cours de cette période, la fondation de l'État Han a été solidifiée par la propagation et la mise en œuvre d'un ordre administratif (un système de droit basé sur les idées de légalisme, un système moins strict de récompense et de punition) et idéologique (confucianisme), dont les idées fondamentales sont restées la base pour l'ordre impérial pour les 2000 prochaines années, même si ses dispositions exactes ont naturellement subi une série de changements et d'adaptations au cours de cette période.

De plus, ce nouvel ordre impliquait un élément cosmologique qui tentait de placer le domaine connu des relations humaines dans le contexte plus large de l'univers avec tous ses éléments invisibles (et spirituels).

le philosophe Dong Zhongshu

Le philosophe Dong Zhongshu (vers 2ème siècle avant JC) a développé la théorie de la cosmologie corrélative qui a tenté de corréler les événements du monde naturel (éclipses, inondations, tremblements de terre, pluies de météores, etc.) ). Ces événements naturels souvent désastreux ont été interprétés par les conseillers impériaux comme des signes (de l'univers ou des dieux) de mauvaises choses à venir et en raison du manque de compréhension scientifique à l'époque, ils ont été considérés comme causés par un mauvais comportement humain et donc la perturbation de l'ordre approprié des relations humaines (par exemple en raison des lois inappropriées adoptées par le souverain).

Pendant le règne de l'empereur Wu, l'État Han a continué à étendre son territoire militairement et a finalement amassé un territoire si vaste au cours de la dernière dynastie Han (y compris la partie nord de la Corée contemporaine et du Vietnam) qui était encore plus grand que son plus célèbre empire romain contemporain.

La politique intérieure de l'empereur Wu était caractérisée par le désir d'utiliser le pouvoir de l'État pour faire le bien et aider à résoudre les problèmes du peuple. Son gouvernement a commencé à contrôler les marchés des matières premières du sel, du fer, de l'alcool et de quelques autres, de la production à la distribution, empêchant ainsi les hommes d'affaires privés de s'enrichir. Cela a maintenu les prix de ces produits bas et abordables et a contribué à une société pacifique où les moyens de subsistance des gens ont continué à s'améliorer.

Relief en brique représentant une scène de marché de la dynastie des Han de l'Est (Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand)

L'empereur Wu a également commencé à organiser des examens impériaux à la cour, où les érudits instruits pouvaient obtenir des postes gouvernementaux convoités en passant des examens écrits. Most government positions were still filled by the recommendation of suitable candidates, but the practice of imperial examinations expanded over time and eventually became indispensable in future dynasties.

After emperor Wu's death, some of his policies were questioned and in the year 81 BC there was a great "debate on salt and iron" at court (one of the great rhetorical debates in Chinese history that is preserved in written texts). In this debate, scholars were arguing whether it was proper for the government to become involved in economic activities. One side was arguing in favour of government intervention in economic affairs for the common good.

rubbing of an ancient stone relief depicting a salt well, Eastern Han

The other side argued that it was the government's job to merely serve as a role model for its citizens by its fair governance and that it shouldn't enrich itself through its participation in economic activities, but earn its revenue solely through the collection of taxes. Setting a good example was thought as sufficient to discourage such behaviours as dishonesty or greed among the population. Following this debate, most of the state's monopolies were abolished and free trade allowed, tempered with minimal government intervention.

The Liu family continued to maintain control over the Han empire with a number of peaceful successions of emperors after emperor Wu's death. However, the successive emperors were less and less engaged with the affairs of governance and became preoccupied with their lavish lifestyles and entertainment at court. Matters of governance were from then on mostly handled by court-appointed officials, who used the lack of oversight to enrich themselves in more and more corrupt ways and began to disregard administrative affairs of governance, taxation, military affairs and so on.

picture of the Han emperor Cheng

The power of the central government was further undermined by the efforts of in-law families (related to the emperor's wives) who tried to manipulate the affairs of state to their advantage. In the year 7 BC, the Han emperor Cheng (who ruled from 33 BC - 7 BC) died without an heir, which allowed the court official Wang Mang (45 BC - 23 AD) to amass more and more power and control in the succeeding years. In the year 9 AD, he seized power for himself and established the Xin dynasty. That moment marks the end of the Western Han dynasty . Wang Mang ruled until his death in 23 AD (the short-lived Xin dynasty is also referred to as the Wang Mang Interregnum).

the Han court official and later Xin dynasty emperor Wang Mang

However, Wang Mang died without an heir as well, so another branch of the Liu family took back control and ushered the country into the later Han dynasty (sometimes also referred to as the Eastern Han since the imperial capital was moved from Western Chang'an to Luoyang) that lasted for another 200 years or so.

Already during the Early Han dynasty (or Western Han dynasty), it became common for officials to be rewarded for their services through individual grants of land, that they later passed on to their next generation. During earlier dynasties, peasants had to work the lands of their military overlords as virtual slaves. That began to change and a class of individual private landowners emerged, even though nominally the emperor remained the owner at first.

This societal change set up the right conditions for the development of an agricultural market economy. More and more private agricultural estates of varying sizes produced a considerable surplus that was then sold for profit, at first locally and regionally and later even nationwide. Over time, even the Han legal system began to recognize the rights of ownership of individual grantees (recognizing them as deeds).

Two gentlemen engrossed in conversation while two others look on, a Chinese painting on a ceramic tile from a tomb near Luoyang, Henan province, dated to the Eastern Han Dynasty (25–220 AD) (Click on the image to see it larger)

Whereas during the Early Han dynasty, these landowners were still closely tied to the emperor through their services or relationship, their successive generations later developed into an independent (retaining their power and land even though not serving the emperor any longer) quasi aristocratic class. By the end of the Later Han period, this new aristocratic elite was firmly established in society. Due to their wealth, this new elite had the opportunity to enjoy a leisurely lifestyle. Whereas during the Warring States period, tales of military battles and heroism were in vogue, now a more sophisticated culture developed that valued individual learning, the reading and writing of prose and poetry, sophisticated oral conversations and dialogue and so on.

The later Han dynasty was also the period when Buddhism first arrived in China. The first Buddhist monks that came to China from northern India along the Silk Road were welcomed by the Han emperor at his capital of Luoyang. They were given quarters at the Han court and were allowed to spread their teachings, but their initial popularity and impact on society was negligible compared with the theories of Confucianism or Daoism. Buddhism at first was seen as an odd/exotic philosophy from foreign lands.

8th century fresco at Mogao Caves near Dunhuang, Gansu Province. Depiction of the Han Emperor Wu worshiping statues of the Buddha (Click on the image to see it larger)

In imperial administration and government, rivaling factions (military leaders, the in-laws of empresses and other noble families, eunuchs) increasingly tried to influence the imperial court in their favour, enriching themselves and trying to obtain certain coveted positions for members of their group.

During the later Han dynasty, many new emperors ascended the throne at a very young age, where they still had to rely heavily on tutors (often eunuchs) and advisors and exerted very little if any control on matters of governance.

Reprint of Description of the Arrival of Buddhism in China, 66 AD, in: Chronicle of the Later Han Dynasty. Östasiatiska Museet, Stockholm

In these periods, many members of the newly powerful class of local landowners benefited greatly from the lack of administrative control by abusing and exploiting the increasingly miserable and destitute peasant class (e.g. through excessive rents and taxation etc.) to such a degree, that insurrections against imperial rule and/or local landowners such as the Yellow Turban Rebellion and the Five Pecks of Rice Rebellion began to break out all over the country. The rebellions were squashed by military force and military leaders became more powerful and influential.

Qing Dynasty era picture, depicting the characters in "Romance of the Three Kingdoms": Consort Dong, Emperor Xian and Empress Fu Shou

These developments had a profound impact on the spread of Buddhism in China. As the Han dynasty began its descent into chaos and turmoil, that plunged many parts of society into misery, there was suddenly a greater demand for a philosophy/religion that was concerned with the liberation from suffering and Buddhism began to spread all around China among the salvation-seeking population. Buddhist monks began to roam the country, passing on their knowledge orally or through written texts, that were brought along from India and that were later translated into Chinese.

By the late 2nd century AD, the imperial Han dynasty was hanging on to power by a thread, barely continuing to function. Local warlords once more in Chinese history gained control of some parts of the territory, conflicting factions at the imperial court continued their strive for influence and power in more and more extreme ways and the country weakened to such a degree amid all this chaos, that the last Han emperor Xian was forced to abdicate the throne in the year 220 AD, which brought the Han dynasty to its end.

Chinese History Digest's summary of China's history continues in the next section with the period of the Six dynasties, a period of division and disunity.


Shi Huangdi

Shi Huangdi (l.259-210 BCE/r.221-210 BCE, also known as Qin Shi Huang, Qin Shih Huandi, Shi Huangti or Shih Huan-ti) was the first emperor of a unified China. Shi Huangdi means `First Emperor' and is a title, not a proper name. The Qin Dynasty (221-206 BCE) he founded (pronounced `Chin') gave its name to China.

He was born Ying Zheng (also known as Zhao Zheng) of the State of Qin to a dancing girl named Zhao Ji and King Zhuangxiang of Qin. According to the historian Szuma Chien (Sima Qian, 145/35-86 BCE) he was not actually Zhuangxiang' s son as his mother was already pregnant by Lu Buwei, the wealthy merchant who brought Zhao Ji to the king. As Szuma Chien was hostile to Shi Huangdi (as almost all later writers are) this claim has been often disputed. Shi Huangdi is best remembered as the emperor who initiated the building of the Great Wall of China and an early version of the Grand Canal.

Publicité

Rise to Power

The young prince grew up at the Qin court and assumed the throne at age 12 or 13 following his father's death. Lu Buwei had risen in the court to become a minister and was made regent until Ying Zheng came of age. Again according to Szuma Chien, Lu Buwei became concerned that his son would recognize him as father and so lose the throne and he therefore distanced himself from Zhao Ji and encouraged another of the court, Lao Ai, to keep her company in his place.

Lao Ai disguised himself as a palace eunuch and so came and went from the queen's chamber without suspicion. They had two sons together who were kept a secret from everyone at court except Lu Buwei. It occurred to Lu that one of these secret sons could better serve as King of Qin as he would then no longer have to worry about being exposed as the boy's father and so organized a coup.

Publicité

In 238 BCE, when the young king was away from court on travels, Lao Ai used the signet ring of Zhao Ji to mobilize a segment of the army in revolt. The king sent his army against Lao Ai's forces, defeated them, and had Lao executed by being torn apart. He then had Lao's entire family executed and placed Zhao Ji in seclusion under virtual house arrest. Lu Buwei committed suicide by poison. King Ying Zheng then named his close associate Li Siu as Prime Minister and ruled fully over the state of Qin.

Victory over the Warring States

The Warring States Period in China (c. 481-221 BCE) was a time when the central government of the Zhou Dynasty, located at Luoyang, was no longer able to administrate effectively. The country had broken into seven separate states, Chu, Han, Qi, Qin, Wei, Yan, and Zhao who continuously fought each other for supremacy. None of these states felt confident enough to wrest the Mandate of Heaven (the principle by which a ruler was legitimized) from the Zhou Dynasty as none were able to gain advantage over any other.

Sign up for our free weekly email newsletter!

Every state fought using the same tactics and strategies as the others and their aims were further hampered by the efforts of the pacifist philosopher Mo Ti, an able engineer, who seems to have provided each state with the same types of technology in order to neutralize any advantage. Although the state of Qin had a formidable army, iron weapons, and war chariots, King Zheng was unable to make any significant headway in victory over the other states.

One of the most influential statesmen in Qin was the politician Shang Yang (d. 338 BCE) who developed and codified the philosophy of Legalism and advocated total war. Prior to Shang's reforms, warfare was considered a nobleman's game of skill and strategy in which one observed definite rules which could not be broken. It was common practice to allow an enemy force to mobilize on the field and even to pass into position without molestation. A commanding general did not attack non-combatants and was expected to treat a defeated foe with honour.

Publicité

At the Battle of Changping (260 BCE), the Qin employed Shang's ideology to defeat the state of Zhao but, afterwards, made little further progress. King Zheng, making full use of Shang Yang's philosophies, and leading an army of considerable size, swiftly defeated the six other states. Han fell in 230 BCE, Zhao in 228, Wei in 225, Chu, in 223, Yan in 222, and Qi in 221BCE. Zheng then united the states under his single rule, claimed the Mandate of Heaven from the Zhou Dynasty, and proclaimed himself First Emperor of China – `Shi Huangdi', founder of the Qin Dynasty.

The Qin Empire

Having consolidated his empire, he turned his attention to administration and, with the help of Li Siu, “resolved to base Chinese society not, as heretofore, upon custom and local autonomy, but upon explicit law and a powerful central government” (Durant, 695). Initially, this government served the people in that Shi Huangdi's policies allowed for substantial building projects and prosperity. Durant writes:

[He] simplified official ceremonies, issued a state coinage, divided most of the feudal estates, prepared for the prosperity of China by establishing peasant proprietorship of the soil, and paved the way for unity by building great highways in every direction from his capital…Traveling in disguise and unarmed, he made note of abuses and disorders, and then issued unmistakable orders for their correction. He encouraged science and discouraged letters. (696)

In all ways, the early Qin Dynasty worked to improve the lives of the people. The walls and fortifications which once enclosed the borders of the separate warring states were destroyed and the Great Wall was begun from their ruins, marking the northern boundary of the empire and protecting the land from marauding nomad tribes. In the south, the Lingqu Canal was built to aid in transport and in trade. Weapons of the defeated states were melted down and made into works of art.

Publicité

This time of peace and prosperity, however, was short-lived. In 213 BCE Li Siu, having grown tired of hearing Confucian scholars criticize the regime by comparing it to the past dynasties of a `golden age', wrote, “I suggest that the official histories, with the exception of the Memoirs of Qin, be all burnt, and that those who attempt to hide [other works] be forced to bring them to the authorities to be burnt” (Durant, 697). Although life during The Warring States Period had been difficult, it had given rise to The Hundred Schools of Thought which comprised writings such as those of Confucius, Mo Ti, Mencius, Teng Shih, and Yang Zhu, among many, many others.

Maintaining Shang Yang's strict philosophy of Legalism as the official policy of the government (which he had instituted at the start of his reign) Shi Huangti re-wrote the legal codes, suppressed freedom of speech, burned the books, and put to death all that refused to comply. This period of his reign is known as the `Burning of the Books and the Burying of Philosophers'. Durant comments:

Publicité

The only permanent result was to lend an aroma of sanctity to the proscribed literature and to make Shi Huangti unpopular with the Chinese historians. For generations the people expressed their judgment of him by befouling his grave. (697)

His own son, Fusu, criticized him in pointing out that Shi Huangti had copies in his private library of the same books he denied to the people.

Shi Huangti's Death & the Fall of the Qin

Shi Huangdi had been subject to assassination attempts in the past but now they increased. “He sat on his throne with a sword across his knees and let no man know in what room of his many palaces he would sleep” (Durant, 697). He became obsessed with death and sought elixirs of immortality. Failing in that, he set about to provide himself with as comfortable and secure an afterlife as the present one he was living.

He decreed a palace be built as his tomb and commissioned artisans to create an army of over 8,000 terracotta warriors, fully armed, to protect him on the other side. The tomb was so extravagant that it was said to be a vision of heaven and, once built, it was buried and booby-trapped to prevent looting.

In 210 BCE, Shi Huangdi died on a trip to find the elixir of life which would grant him immortality. Some sources indicate that he died by poisoning after drinking what he thought was the elixir. Li Siu kept his death a secret until he could change the emperor's will to name his young, pliable son as heir, whom Li Siu thought he could manipulate. He had Shi Huangdi's body brought back to the capital concealed in a merchant caravan of dead fish in order to hide the smell of the decomposing corpse, changed the will, and then announced the passing of the First Emperor and the accession of his son, Hu-Hai, who took the name Qin Er Shi.

The new king reigned poorly for three years and was famous for killing messengers who brought him bad news (marking his only legacy, the origin of the saying, `Don't kill the messenger'). During this time Li Siu was executed and his co-conspirator in raising Qin Er Shi to power, Zhao Gao, forced the young emperor to commit suicide.

Following this coup, Qin Er Shi's nephew took the throne and had Zhao Gao executed. At this point, with the government in complete disarray and no competent heir to the throne, the country rose in rebellion and the Qin Dynasty collapsed. A period of civil war, between the states of Chu and Han (known as the Chu-Han Contention, 206-202 BCE), ensued which was resolved in favor of the Han following the Battle of Gaixia in 202 BCE. Liu Bang (l. 256-195 BCE) of Han then took the throne name Emperor Gaozu and founded the Han Dynasty, among the greatest in China's history, which would rule from 202 BCE to 220 CE and establish many of the rites and traditions now integral to Chinese culture.


Liu Bang (256-195 BC) - History

The Han Dynasty was one of the great dynasties of Ancient China. Much of Chinese culture was established during the Han dynasty and it is sometimes called the Golden Age of Ancient China. It was an era of peace and prosperity and allowed China to expand to a major world power.


Zhang Heng - Han Scientist and Astronomer
from the State Post Bureau of the PRC

When was the Han Dynasty?

The Han Dynasty ran for over 400 years, from 206 BC to 220 AD. It was the second Imperial dynasty after the Qin Dynasty. It was followed by the Three Kingdoms period.

How did it get started?

The Han Dynasty began with a peasant revolt against the Qin Emperor. It was led by Liu Bang, son of a peasant family. Once the Qin Emperor was killed there was a war for four years between Liu Bang and his rival Xiang Yu. Liu Bang won the war and became emperor. He changed his name to Han Gaozu and established the Han Dynasty.

One of the first things that Emperor Gaozu did was to establish the civil service. He gathered a number of educated men about him to help him run the empire. Later Han emperors would establish examinations and schools to make sure that only the most intelligent men would run the government. This method of government would run for over 2,000 years.


Liu Bang - Founder of the Han Dynasty by Miuki

The period of the Han Dynasty was a time of invention and science. One of the most important inventions was paper. Paper allowed the government to easily keep records and pass on instructions throughout the empire.

Other important inventions include iron casting, crop rotation, and acupuncture as well as advancements in medicine, mathematics, building, agriculture, engineering, and astronomy.

Many people lived in the cities. Life was nice for the rich who lived in big houses that were finely decorated with carpets and art. They wore silk robes and were well educated. Life in the city was difficult for the poor who lived in crowded houses and often went without food.

Life in countryside was better for the peasants. They had to work hard, but they generally had food and shelter. Taxes were reduced during the Han Dynasty and people who tilled the soil were often respected.

Merchants were generally not respected. However, they were able to become rich, especially with trade improving due to the Silk Road and general peace in the country. Laws were made to make merchants wear white clothes and pay high taxes.


Voir la vidéo: History of Qing Dynasty China: Every Year Map in Chinese Version


Commentaires:

  1. Vuzil

    Chez moi une situation similaire. Nous pouvons examiner.

  2. Cormac

    Entre nous parlant, c'est évident. Je vous suggère d'essayer de regarder dans google.com

  3. Cal

    Bravo, votre idée est merveilleuse

  4. Garett

    Merci pour votre aide dans cette affaire, j'aimerais aussi quelque chose que vous pouvez aider?



Écrire un message